Pour la chaufferie elle comprend une chaudière à bois déchiquetés d'une puissance de 1,2 Mw et d'une chaudière fioul d'une puissance de 0,73 Mw. C'est l'installation la plus importante en Bourgogne pour une commune de moins de 5 000 habitants (Tramayes compte environ 1000 habitants). La chaudière fioul a pour objet d'assurer la production d'énergie en période estivale (le rendement du réseau ne serait alors pas nécessairement très bon au vu de la faible demande énergétique) et l'apport énergétique en cas de pic de grands froids. L'installation a été calculée pour que la chaudière bois fournisse 90 % de l'énergie nécessaire sur une année.

A l'inauguration en novembre 2006, les bâtiments desservis étaient la salle des fêtes, l'école maternelle, la mairie avec les ateliers municipaux, les vestiaires de la salle omnisport et l'hôpital local (95 lits). En décembre 2010, une extension du réseau de chaleur a permis de raccorder les derniers bâtiments communaux chauffés au fioul (école élémentaire, maison des associations, bibliothèque, maison de la poste) ainsi qu'une vingtaine de logements de particuliers. Il est prévu le raccordement plus tard d'une soixantaine de logements à construire dans un futur écoquartier. Ce sera alors 170 000 litres de fioul par an qui ne seront pas brûlés sur la commune. Notre chaufferie consomme annuellement 1900 mètres cubes de bois déchiquetés pour produire environ 1 100 000 KWh utiles (1 GWh) soit l'équivalent de plus de 110 000 litres de fuel. Les cendres peuvent être valorisées directement en amendement de terrain agricole, évitant ainsi l'apport d'engrais chimique. Nous avons un réseau enterré d'environ 1 400 m. La température de l'eau est d'environ 80° et la déperdition thermique est de l'ordre de 1° par Km.

L'installation avec la construction des réseaux coûte un peu plus d'un million d'euros subventionné à un peu plus de 50 %. Le solde du financement est obtenu par un emprunt sur 20 ans. Le remboursement de l'emprunt, la prise en compte de l'amortissement comptable, le coût de remplacement du matériel et le coût d'achat de la matière première ont permis de calculer les tarifs d'abonnement et de consommation. Mais l'ensemble reste très rentable financièrement. Ainsi l'hôpital (qui est le plus gros consommateur) a vu sa facture énergétique baisser d'environ 20 %.

L'approvisionnement de la chaudière en bois déchiqueté se fait de façon entièrement automatique à partir d'un silo de 240 mètre cube ce qui donne une autonomie d'environ 3 semaines en période de grands froids. La granulométrie moyenne du bois est de 150 mm * 80 mm * 40 mm. Le taux d'humidité maxi est de 60% ce qui nous donne une grande latitude sur l'approvisionnement. Actuellement nous utilisons des déchets de bois provenant d’une scierie située à 5 km et d’une entreprise de charpente bois située à 6 km. Nous avons aussi un approvisionnement à partir de cagettes de marché. La multiplication de chaufferie de ce type ne peut que favoriser le marché du bois, les exploitations forestières et l'emploi local. Il faut être conscient que la forêt française produit 85 millions de mètres cubes de bois par an et que pour nos différents usages (bois d'oeuvre, bois de charpente, bois de chauffage ...) nous n'en consommons que 65 millions. En dix ans, de 1995 à 2005, la forêt françaises à repris une surface équivalente à celle d'un département. Il convient donc de prendre des mesures qui ne seront pas de déforestation (phénomène inquiétant pour l'environnement mais existant dans des pays éloignés) mais de limitation de l'expansion.

Du point de vue écologie, cette installation s'inscrit totalement dans le concept de développement durable puisqu'il est admis que le rejet de CO² produit par la combustion ne sera pratiquement pas stocké dans l'atmosphère. En effet le CO² sera utilisé directement pour la croissance des arbres qui dans une cinquantaine d'année viendront nourrir notre chaufferie (le circuit se boucle sur environ 50 ans alors que pour le fioul il faut compter quelques millions d'années de stockage avant de pouvoir récupérer l'énergie!!). On estime à 250 tonnes l'économie annuelle de CO² (et 1 tonne pour le SO²). C’est annuellement l’équivalent de 2 500 km de déplacement en voiture ( si nos voitures arrivaient à ne produire que 100g de CO² par km!) pour chaque habitant de la commune de Tramayes.

Le Conseil Général de Saône et Loire a financé une étude comparative de pollution de l'air lié à la présence de la chaufferie bois de Tramayes. Vous pouvez télécharger les résultats de cette étude.

D'autre part, le SYDESL de Saône et Loire a commandé une étude auprès d'Omégawatt afin de mesurer pendant huit mois les différentes consommations électriques postes par postes. Parallèlement, il a été réalisé pour le circuit d'alimentation de l'hôpital le passage de pompes à débit fixe en pompes à débit variable. Il apparait alors un changement significatif de consommation électrique ce qui a conduit à procéder au changement de régulation sur les deux autres circuits.

 

Une présentation multimédia sonore du projet (15 minutes)

Une présentation multimédia sonore du réseau de chaleur (27 minutes)

Une présentation multimédia du chauffage au bois (13 minutes)

Un article complet sur la chaufferie paru dans le numéro 10 de la revue Ecollectivité

La présentation du projet (PDF - 2Mo)

La construction en 100 photographies

La vidéo de la livraison de la chaudière (AVI - 4 Mo)

Les résultats au bout de 5 ans (PDF - 1 Mo)

La chaufferie interactive en 3 dimensions avec Google Sketchup (1Mo)

Le fichier de modélisation en 3D de la chaufferie a été fait avec le logiciel Google Sketchup téléchargeable sur http://sketchup.google.com/download.html

Les dimensions mesurables à partir du logiciel sont celles de la chaufferie.

RETOUR